Search

À perte de vue


Reconfinée, certes, mais libre de mes pensées : je m’évade, chaque jour. Embarquement immédiat pour le voyage immobile de ce vendredi soir. Une furieuse envie de revoir la mer me tenaille. Des photos prises du rivage, j’en ai à la pelle, mais de très haute altitude, seulement cinq. C'est l’une d’entre elles. Elle date de mon voyage à New York, en octobre 2018. Lorsque j’ai déclenché, nous volions quelque part entre l’Islande et le Canada, à 36 000 pieds. Minute après minute, je me rapprochais de mon fils, avec qui j’allais passer une dizaine de jours à la redécouverte de cette mégapole où je n’avais plus mis les pieds depuis une vingtaine d’années.

Coincée entre une allée étroite et un voisin fort heureusement encore plus étroit, je ne pouvais guère appuyer mon front contre le hublot et me régaler de la vue. Frôlée sans cesse, voire carrément secouée, par les hanches de mes compagnons de voyage passant et repassant inlassablement, je ne parvins pas à fermer l’œil. Mon étroit voisin, en revanche, sombra bien vite dans un sommeil profond, calé contre la paroi, tête en arrière, bouche ouverte, visage détendu, et, à ma grande joie, hublot ouvert. J’attrapai mon mobile, réglai le retardateur de l’appareil photo sur 10 secondes, avançai le bras gauche vers la vue, en prenant garde de ne pas effleurer le dormeur, et laissai le déclencheur faire le reste. Je profitai du spectacle, même indirectement, et consacrai plusieurs heures à l’observation attentive de mes clichés successifs – la mer à perte de vue, les nuages, l’horizon si lointain, puis, pour finir en beauté, le découpage de la côte de Long Island. Ainsi trompai-je l’ennui. Ce voyage paradoxal – car immobile mais réalisé à plus de 800 km/heure et bien loin du sol – reste un excellent souvenir.

Vous préférez voguer sur de grands voiliers de régate au large de l'île de Wight, sur le Solent : alors cet ouvrage devrait vous plaire : L’album Beken. Il n’est plus édité mais facile à trouver chez des bouquinistes. En voici un aperçu :

Enfin, pour un périple sensationnel et exaltant, je vous invite à découvrir la Nouvelle-Zélande à travers l’objectif de Johan Lolos, un jeune photographe belge extrêmement talentueux. Ce soir, j’ai choisi d’explorer le lac Wanaka : https://johanlolos.com/portfolio_page/lake-wanaka-new-zealand/ mais tous ses albums sont un trésor à parcourir en prenant le temps de s’immerger dans chaque photographie. Cliquez sans l'ombre d'une hésitation. Bon voyage et à demain.

33 views
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now