Search

Rêveries hivernales à Saissac / Somiadís d’ivèrn a Saissac



Toute à sa rêverie, la jeune femme contemple le village, ses toits de tuile, dont certaines cheminées laissent échapper des volutes de fumée, la Tour Laymone, l’église, puis le château, la plaine et, au loin, la chaîne des Pyrénées. Les vestiges du village castral, qui était en contrebas de la forteresse, sont invisibles. Cachés par la forêt, protégés par un manteau de végétation, ils sont pourtant bien là, proches de la Vernassonne, le ruisseau qui a creusé le ravin au fil des millénaires. Cet été, elle ira s’y promener pour le plaisir de passer sous la Porte de Toulouse et d’emprunter le chemin que foulaient autrefois les troubadours et ménestrels pour se rendre au château. Les seigneurs occitans étaient bienveillants à leur égard.


Deux fois par an, elle revient arpenter ces terres occitanes qu’elle connaît par cœur et qu’elle aime tant. C’est son pèlerinage, laïc et spirituel. Ces jours clairs où l’on voit si loin la fascinent.


Elle décide d’emprunter les ruelles escarpées menant à l’église et au château. La rue de Verdun serpente le long du flanc est du village. Au loin, les monts enneigés coiffent la Tour Laymone. Bonnet vissé sur la tête et blouson bien fermé, elle marche lentement. Le crissement de ses chaussures est le seul bruit qui parvient à ses oreilles. L’air semble immobile. Dans cette région battue des vents, c’est exceptionnel.

La croix occitane orne le portail d’une maison. Il ne manquerait plus que les villageois entonnent le Se Canto et le tableau serait parfait, pense-t-elle en souriant. Nous sommes bien au cœur de l’Occitanie et du Languedoc.

Seule dans ces artères minérales, elle goûte la sérénité de cette froide matinée de janvier. Le vieux village sommeille, engourdi par l’hiver, mais à midi la cloche de l’école puis les cris et rires des enfants le tireront de sa torpeur.


À l’angle de deux rues, se dresse une vieille bâtisse que l’on croirait tout droit sortie du Moyen-Âge. Sa tour échauguette, qui appartenait aux remparts, est un joyau.

Chemin faisant, la jeune femme gagne la porte d’Autan, où un chat vient à sa rencontre. Il entonne de petits miaulements de bienvenue, se frotte à ses jambes et la suit un instant avant de disparaître derrière un muret. Elle fait ensuite halte au lavoir. Autrefois, se tenait là une chapelle consacrée à Saint Ignace. Laissant ses doigts courir à la surface de l’eau glacée, elle songe à toutes les lavandières venues battre leur linge ici. Elle imagine les chants, les conversations, les tenues, les gestes répétitifs, le bruit mou du battoir frappant le linge, le frottement sur les crêtes de la planche à laver…

Elle gravit ensuite la colline jusqu’à l’Allée de la promenade, tout en haut du village, d’où celui-ci s’offre sous un autre angle. Là, assise sur un rocher de granit, elle contemple ce paysage fabuleux.

Au printemps ou à l’été, elle empruntera d’autres rues à la recherche de détails qui lui auraient échappé et redécouvrira pour la énième fois ce petit village du Cabardès fièrement accroché à l’adret.


_____________________


E ara, en occitan:


Dins lo sòmi seu, la jove contempla lo vilatge, sos teulats ont qualques chemenèias daissan escapar un vel de fum, la Torre Laimona, la glèisa, puèi lo castèl, la plana e la cadena dels Pirenèus enlà.

Las rèstas del vilatge castral que se trapava en aval de la fortalesa son invisiblas. Amagadas pel bòsc, protegidas per un mantèl de vegetacion, son pasmens aquí, près de Vernasòna, lo riu que curèt lo barranc per de millenaris. D’estiu, i passejarà pel plaser de caminar jos la Pòrta de Tolosa e de seguir lo camin que caucavan los trobadors e menestrals d’un còp èra per tal d’anar cap al castèl ont gaudissián de la benvolença dels senhors occitans.

Dos còps l'an, tòrna percórrer aquestas tèrras occitanas que coneis de còr e que li agradan tant. Es son pelegrinatge, laïc e esperital. La fascinan aqueles jorns clars ont se pòt veire tan luènh.


Decidís de prene per las vanèlas ribassudas cap a la glèisa e al castèl. La carrièra de Verdun serpenteja pel costat èst del vilatge. Al luènh, las montanhas nevadas cobrisson la Torre Laimona. Camina lentament, amb la boneta vissada sul cap e lo blodon plan tampat. Ausís pas que lo cruissiment de sas cauçaduras. L'aire sembla immobil. Dins aquesta region batuda pels vents, es excepcional.

La crotz occitana ondra lo portal d'un ostal. Mancariá pas mai que los vilatjans se botèsson a entonar lo Se Cantae lo quadre seriá perfièch, se pensa mentre que sorritz. Sèm plan al còr d'Occitània e de Lengadòc.

Sola en aquestas artèrias mineralas, tasta la serenitat de la freda matinada de genièr. Penequeja lo vilatge vièlh, agrepit per l’ivèrn. Mas a miègjorn, la campana de l’escòla, puèi los crits e los rires dels enfants, lo tiraràn de sa torpor.


Al caire de doas carrièras, se quilha una anciana bastissa que sembla tota eissida de l’Edat Mejana. Sa torre garida qu'aperteniá a las muralhas es un joièl vertadièr.


En caminant, la dòna jove arriba cap a la pòrta d’Autan ont l’espèra un gat. Li fa ausir un miauladís de benvenguda, se frega a las cambas e la seguís un bocinèl abans de desparéisser darrièr lo paredon. La dòna s’arrèsta puèi al lavador. Un còp èra se teniá aquí una capèla dedicada a Sant Ignaci. Mentre que daissa los dets córrer sus l’aiga glaçada, se pensa a totas las bugadièras vengudas batre lor fada aicital. S’imagina los cants, las charradissas, los vestits, los gèstes repetitius, lo mòl bruch del bacèl tustant la fada, lo fregadís sus las crestas de las plancas de lavatge...

Poja enfin la colina cap a l’Andana de la passejada, al pus naut del vilatge, ont se daissa contemplar d’un autre biais. Assetada aquí sus una ròca de barena, agacha aqueste païsatge fabulós.

De prima o d’estiu, seguirà d’autras carrièras en cèrca dels detalhs qu'auriá pogut mancar e tornarà descobrir un còp de mai aqueste vilatjon de Cabardés ufanosament estacat a l’adrech.


__________________________________

Poursuivez la découverte de Saissac et du Cabardès, région de la Montagne noire où se situe le village, à l’aide de plusieurs sites :

https://www.saissac.fr Les onglets « Le château » et « Les richesses »

http://www.tourisme-montagnenoire.com/decouvrir/incontournables/le-chateau-de-saissac (pour le château)

http://www.tourisme-montagnenoire.com/decouvrir/villages-de-caractere (pour les villages du Cabardès)

Pour les amateurs de documents d’archive, le site ci-après, tenu par Érick Fantin, photographe et passeur de mémoire saissagais, regorge d’informations : http://saissac.e-monsite.com/blog/le-vieux-village/

Et pour (re-)découvrir l’hymne occitan, poème de fin’amor écrit par un Béarnais – Gaston Phébus – au XIVe siècle, voici un article qui en retrace l’histoire en quelques mots et en traduit les paroles en français. https://occitanie-decouvertes.com/se-canto-hymne-de-loccitanie-2/


142 views